Concours de Brest : épreuves d’admissibilité le 30 mars 2018 !

Concours de Brest : épreuves d’admissibilité le 30 mars 2018 !

Le CHRU de Brest et l’UBO ouvrent une nouvelle école d’orthophonie à la rentrée prochaine. Implantée au sein de la faculté de médecine et sciences de la santé de Brest, cette formation accueillera une promotion de 25 étudiants. La Bretagne était l’une des rares régions de France à ne disposer d’aucune école jusqu’alors et manque de professionnels. Les épreuves d’admissibilité auront lieu le 30 mars à Brest. A vos agendas !

Source www.letelegramme.fr

Des cours particuliers en visioconférence… sur demande !

Des cours particuliers en visioconférence… sur demande !

Avec le succès de nos webinaires et du Student Network, nos e-orthophonistes ont été plusieurs à nous solliciter pour savoir si nous pouvions leur proposer un accompagnement encore plus personnalisé.

L’équipe s’est réunie afin de réfléchir à ce que nous pourrions mettre en place pour répondre à leurs attentes. Nous sommes heureux d’annoncer que tous nos étudiants ont désormais la possibilité de prendre des cours particuliers en visioconférence « à la demande » s’ils souhaitent aller plus loin dans leur travail ou s’ils rencontrent des difficultés sur une notion précise.

Ils peuvent accéder à cette nouvelle option directement sur la plateforme dans la rubrique « Accueil / Méthodologie – Cours particuliers ».

e-orthophonie*… ou toujours en faire plus pour vous 😉

e-orthophonie*

« Un bébé-un livre »

« Un bébé-un livre »

L’association des Orthophonistes de la région havraise (ORH) réitère l’opération « Un bébé-un livre ». Objectif : familiariser les bébés avec l’objet livre.

Initiative lancée en 2006 en Alsace, l’opération « Un bébé-un livre » a été reprise, en 2011, sur le territoire normand par l’Association normande pour la prévention en orthophonie (ANPO). Chaque année, des orthophonistes se rendent dans les maternités de l’hôpital Monod, de l’hôpital privé de l’estuaire, au Havre (Seine-Maritime) et de l’hôpital de Lillebonne (Seine-Maritime) pour rencontrer les parents et les sensibiliser à l’intérêt de la lecture dès le plus jeune âge.

Se familiariser avec le livre dès la petite enfance

Les orthophonistes vont à la rencontre des parents pour leur parler de l’importance de la lecture dans l’apprentissage du langage des tout-petits : « Nous offrons un livre-doudou aux nourrissons et sensibilisons les parents à l’importance de lire des histoires. Un enfant baigné dans la lecture s’en sort beaucoup mieux plus tard. On parle aussi des tablettes et nous encourageons les parents à laisser l’enfant jouer, manipuler. C’est important pour son développement, souligne Martine Gaurat-Lemonnier, orthophoniste ».

Orthophoniste : profession méconnue

Ces rencontres sont aussi l’occasion pour les professionnels de faire découvrir leur métier : « Le champ d’action des orthophonistes est vaste, mais c’est un métier méconnu. De la prématurité à l’accompagnement des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, notre métier concerne de nombreuses personnes. Pas uniquement les bébés et enfants ».

Source https://actu.fr/

Le flash info d’e-orthophonie* – novembre 2017

Le flash info d’e-orthophonie* – novembre 2017

Le « flash info » est le petit plus mensuel d’e-orthophonie*. Vous y retrouvez des informations à connaître pour les épreuves de culture générale des concours 😉.

Cette année, le Petit Robert souffle ses 50 bougies. Il tient son nom d’une maison d’édition française, créée par Paul Robert en 1951.

Depuis l’origine, c’est Alain Rey, linguiste et lexicographe qui en est le rédacteur en chef.

Pour cette édition anniversaire, le dictionnaire prend des couleurs. En effet, surnommé le «petit gris de la pensée» en raison de de l’absence totale d’illustrations dans ses pages, il s’éclaire d’œuvres originales à l’occasion de son 50ème anniversaire.

e-orthophonie*

Les épreuves de créativité… votre pire cauchemar ?

Les épreuves de créativité… votre pire cauchemar ?

Même s’il faut considérer la créativité comme innée… elle peut se développer. Pour cela, il s’agit d’accroître sa flexibilité mentale. Cela nécessite une ouverture d’esprit donc STOP aux brimades et à l’autocensure. D’ailleurs, le potentiel créatif varie selon la tâche à réaliser.

Si vous ne savez pas comment faire, pensez à la réalisation de cartes mentales. C’est devenu un outil très prisé à titre personnel, professionnel ou pédagogique pour créer des solutions originales.

Il s’agit de se laisser aller dans un processus intellectuel où les maîtres-mots sont liberté et schématisation. Pensez-y également  pour synthétiser quelques sympathiques concepts grammaticaux. Alors, à vos crayons. Lancez-vous ! Pour aller plus loin, nous vous invitons à consulter cet article.

e-orthophonie*

L’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive ?

Pas d’inquiétude, ce n’est pas un point de l’orthographe française qui vous échappait ou qui pourrait tomber en épreuve de linguistique. En fait, ce serait plutôt une question de culture générale. Mais alors, qu’est-ce que l’écriture inclusive ? En voici la définition : « ensemble des attentions graphiques et syntaxiques qui permettent d’assurer une égalité de représentations des deux sexes ». « Dans quel but ? », me direz-vous. Pour renoncer au masculin générique, à la primauté du masculin sur le féminin dans les accords en genre (des hommes et des femmes sont allés)*.

Pour résumer, faire progresser l’égalité femmes-hommes par la manière d’écrire, mettre fin à la hiérarchisation des sexes. Voici un noble projet. Allons plus loin dans l’explication. Il faut vous dire que cette écriture repose sur trois grands principes :

  • accorder les fonctions, métiers et titres en fonction du genre : « une autrice », « une pompière », « une maire ».
  • au pluriel, utilisation du point médian pour inclure les deux sexes : les électeur·rice·s, les citoyen·ne·s ou bien les maçonnes et les maçons.
  • éviter d’employer les mots « homme » et « femme » et préférez les termes plus universels comme « les droits humains » (au lieu des droits de l’homme).

A chacun son opinion. Linguistes et autres intellectuels ne sont pas unanimes mais nous pourrions conclure tel Antoine Gautier, maître de conférences en linguistique à la Sorbonne : « L’écriture inclusive peut amener à s’interroger sur la place accordée aux femmes dans la société, en cela, elle est bénéfique. Cependant, on peut douter que son adoption suffise à changer les mentalités ».**

*  http://www.ecriture-inclusive.fr/
** http://www.lemonde.fr/societe/ article du 20 octobre 2017

e-orthophonie*