Comme en classe !

Comme en classe !

e-orthophonie* fait aussi ça pour vous !

Nous proposons à nos étudiants de participer à des classes virtuelles sous forme de webinaires. Ce système permet à chacun d’échanger librement avec les professeurs et de poser des questions sur un thème précis.

Il s’agit de profiter de l’expérience de notre équipe pédagogique et de notre structure au travers de nombreux thèmes, de différentes méthodologies, des difficultés du concours…. préalablement définis et communiqués.

Ainsi, e-orthophonie* réunit en temps réel sur internet, ses étudiants et ses enseignants qui peuvent notamment, discuter, se voir, visionner des documents, des vidéos, réaliser des quizz et partager leur écran ! Nous recréons à distance les conditions d’une formation en classe ou en amphithéâtre. Grâce à nos outils interactifs et pédagogiques innovants, nous organisons des « live sessions » à distance aussi efficaces que celles réalisées « sur le terrain ».

Chaque webinaire est unique et se déroule sous forme de visioconférence via un module spécifique en ligne. Il permet un accompagnement dans la durée mais aussi de créer des liens entre les étudiants. Nos élèves peuvent ainsi aborder encore plus sereinement les concours !

Et si ce n’est pas suffisant ou si nos étudiants ont besoin de plus de précisions, nous proposons également des cours particuliers individuels à la demande. Ces séances entièrement personnalisées se déroulent elles aussi en visioconférence afin d’accroitre la proximité étudiant-enseignant et favoriser l’apprentissage. Mais ce sera le thème d’un prochain article 😉 .

Alors, n’hésitez pas, rejoignez-nous !

A

Déjà un nouveau webinaire ! Comment améliorer sa formulation écrite ?

Déjà un nouveau webinaire ! Comment améliorer sa formulation écrite ?

Notre second webinaire de l’année 17-18 se déroulera le 21 octobre à 10h30. Il traitera de la « formulation ». Pour y participer, nos e-orthophonistes ont simplement à se connecter à notre plateforme puis se laisser guider par cet outil innovant et intuitif. Elles peuvent y accéder depuis leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone.

L’objectif de ce second webinaire est d’offrir la possibilité à nos étudiantes de poser leurs questions « en live » aux 2 enseignants qui animeront cette classe virtuelle. « Comment améliorer sa formulation écrite ? ». Une question qui nous est souvent posée et le but de ce cours est de vous apprendre à utiliser les bons outils pour gagner en fluidité et en précision à l’écrit 😉 .

Rejoignez-nous !

A

La dysphasie c’est quoi ?

La dysphasie c’est quoi ?

Parfois, on dénonce les phrases stupides qu’on peut entendre quand on a un enfant handicapé. D’autres fois, on reste sans mot devant l’initiative d’une jeune fille de 15 ans qui, par amour, a décidé de se mobiliser pour briser les tabous sur le handicap invisible de son jeune frère dysphasique.

Zakary, 4 ans, est un petit garçon curieux, attachant et passionné de super-héros. Il aime raconter des histoires, et ce, malgré son diagnostic de dysphasie reçu après plusieurs mois de démarches et d’attente. Depuis, ses parents ont décidé d’être proactifs et de ne pas attendre pour offrir des services d’orthophonie et d’ergothérapie dont leur fils a besoin. A visionner sans modération !

La dysphasie est un trouble du langage oral qui atteint l’expression et/ou la compréhension à divers degrés (léger, modéré ou sévère). Même si elle touche environ 7% de la population, nous n’en entendons pas assez parler…

A
Les concours ? Comment ça marche et à quel moment s’inscrire

Les concours ? Comment ça marche et à quel moment s’inscrire

Pour accéder aux études d’orthophonie, il faut au préalable passer un des concours d’entrée aux 19 établissements qui assurent cette formation. Dès l’année prochaine, ce nombre devrait passer à 20 avec l’ouverture de l’école de Brest pour la rentrée 2018. La sélection est drastique, le nombre de places étant limité.

Les études durent 5 ans et débouchent sur le Certificat de Capacité d’Orthophoniste. Le concours varie d’un établissement à l’autre. Il y a plusieurs épreuves écrites pouvant être sous forme de QCM, de contraction de texte, de résumé, de commentaire de texte, de dictée… Ces épreuves visent à vérifier la maîtrise de l’écrit : orthographe, syntaxe, sémantique, les facultés de synthèse, d’abstraction, la capacité à concentrer l’information, à raisonner…

L’oral est lui aussi composé de plusieurs épreuves (variables également d’une école à l’autre). Il vise à tester la maîtrise de la langue orale, la mémoire, à juger l’aptitude à adapter son langage à la personne à qui l’on s’adresse, à transformer des phrases complexes en phrases simples, la motivation et la connaissance du métier…

Pour accéder au concours, vous devez être titulaire du baccalauréat ou d’un DAEU (Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires). Vous pouvez également passer les épreuves lors de votre terminale, sous réserve de réussite au bac pour l’entrée en formation. Aucune limite d’âge n’est imposée, les études pouvant s’entreprendre après une précédente formation, une réorientation ou après avoir élevé ses enfants.

Pour vous inscrire, il vous suffit de suivre la procédure en ligne des écoles pour lesquelles vous postulez. Certaines dates de concours ont déjà été publiées et les autres écoles communiqueront sur leurs modalités d’épreuves entre le mois d’octobre et le mois de décembre mais il n’y a pas de cadre officiel qui définisse la parution de ces informations. Chaque école procède comme elle le souhaite. Le plus simple est de suivre régulièrement notre site internet pour découvrir les mises à jour des dates.

Pour devenir orthophoniste vous devez donc réussir au moins un des concours… et il est indispensable de bien se préparer ! Toute l’équipe d’e-orthophonie* serait heureuse de vous accompagner dans ce long et fastidieux chemin vers la réussite. Mais mieux que de longs discours, consultez les témoignages de nos e-orthophonistes qui ont été admises après avoir passé plusieurs concours.

A

Ouverture d’une nouvelle école d’orthophonie à Brest !

Ouverture d’une nouvelle école d’orthophonie à Brest !

Dans les cartons depuis plusieurs années, l’école d’orthophonie de Brest ouvrira ses portes à la rentrée 2018.

À la rentrée 2018, Brest verra enfin les portes de l’école d’orthophonie s’ouvrir sur sa première fournée d’étudiants. Dans les cartons depuis plusieurs années, le projet se concrétise enfin dans une région qui ne compte aucune école. En France, ce sera la vingtième. Si l’Université a confirmé cette ouverture, il n’y aura, pour l’instant, pas d’informations officielles sur les modalités d’inscription au concours, qui ne sont pas encore connues. L’école se ferait en partenariat avec le Centre hospitalier régional et universitaire de Brest (CHRU). De nombreux points restent toutefois à éclaircir. Le premier, et pas des moindres, est la question du concours : quelles épreuves ? Combien de candidats ? Quel jury ? Et surtout, quelles dates ? Plusieurs questions qui devront trouver réponses assez rapidement. Le concours brestois se déroulant sûrement au printemps, à rebours donc du reste des écoles, dont la plupart des écrits d’admission se déroulent entre février et avril. Mais à la même période que ceux de Marseille (12 juin), Rouen (18 mai) et Clermont-Ferrand (4 mai). Cette date s’explique notamment par le fait que les épreuves du concours ne sont pas encore prêtes.

Une première école en Bretagne

À l’instar des autres concours, le nombre de candidats sera très élevé : entre 440, pour Limoges et 3.550, pour Paris, avec une moyenne de 1.300 sur les 19 écoles. L’université s’attend à recevoir plus de 800 candidats. Au-delà de ce point, c’est aussi le nombre de places qui pose question. Sur le plan national, la moyenne est d’une trentaine d’étudiants, Lyon et Paris restant des exceptions (100 et 120 places). Brest ne devrait pas dépasser la moyenne, préférant même une petite promotion. Pour la région, la nouvelle est toutefois bonne. La Bretagne apparaissait comme un cas à part dans le paysage français. Sans école d’orthophonie dans la région, les étudiants devaient se diriger, au plus proche, à Nantes, à Tours ou à Caen, à condition de réussir les concours.

Plus d’un an de liste d’attente

Même si en 2023 (les études d’orthophonie durant 5 ans) tous les orthophonistes formés à Brest ne s’installeront pas en Bretagne, cette nouvelle école permettra de répondre à une demande toujours plus importante. À Brest, trouver un orthophoniste relève parfois du parcours du combattant, avec, dans certains cas, plus d’un an sur liste d’attente.

Source www.letelegramme.fr

La journée des « dys », demain au siège de Nevers Agglomération

La journée des « dys », demain au siège de Nevers Agglomération

En France, 6 à 8 % de la population seraient concernés par les troubles “dys”. Ils ont leur journée nationale. Elle se traduira dans la Nièvre par des conférences et des tables rondes.

Dyslexiques, dysphasiques, dyspraxiques, dysorthographiques, dysgraphiques, dyscalculiques… Voici quelques exemples de “dys”.

Les objectifs principaux de la 5e Journée des “dys” sont de favoriser un repérage et un diagnostic précoce partout en France, un accompagnement et une prise en charge réellement adaptés, ainsi qu’une meilleure connaissance de ces troubles. Le diagnostic repose sur  un bilan pluridisciplinaire.

Soirée gratuite

Dans la Nièvre, une soirée gratuite et ouverte à tous est organisée, pour la cinquième année, par le réseau Pluradys (*) en partenariat avec l’Agence régionale de santé, Nevers Agglomération, le réseau Canopé et la Fédération nationale des orthophonistes. Elle se tiendra, demain, à partir de 18 h 30, au siège de Nevers Agglomération, route de Marzy, à Nevers.

Au programme : une conférence de Gilles Paumier, orthophoniste et membre de l’équipe ressource de Pluradys ; suivie d’une table ronde animée par cinq professionnels de santé sur le thème « Sera-t-il “dys” ? Pour repérer, il n’est jamais trop tôt ».

« Normalement, le diagnostic, assuré par un médecin, repose sur un bilan pluridisciplinaire, faisant intervenir orthophoniste, psychologue, psychomotricien ou encore ophtalmologiste, en fonction des symptômes de l’enfant », précise Gilles Paumier.

Pour définir les modalités de prise en charge, les parents doivent s’adresser à la Maison départementale des personnes handicapées. En fonction du degré du handicap, la MDPH décide d’aménagements spécifiques, formalisés par le biais d’un projet personnalisé de scolarisation.

(*) Pluradys est un réseau de santé destiné aux enfants de Bourgogne présentant une association de plusieurs symptômes ou de plusieurs dysfonctions relatives aux pathologies du développement et/ou aux troubles des apprentissages.

A