Enfants, écrans et troubles du langage

Enfants, écrans et troubles du langage

Trop d’écrans tue la concentration des tout petits ! C’est ce révèle l’agence Santé publique France : entre 3 et 6 ans, exposer les petits à la télé le matin avant de partir à l’école risque d’entraîner des troubles du langage. Rencontre avec Sarah Bougueret, orthophoniste.

L’écran total, incompatible avec la petite enfance

L’exposition prolongée aux écrans peut être dangereuse pour les petits, on le sait. En revanche, on ignore qu’elle peut les empêcher d’apprendre à parler convenablement. C’est ce que révèle l’agence santé publique France, qui pointe surtout les séances télé du matin : elles mobilisent trop la concentration des petits dès le début de la journée, ils sont ensuite moins réceptifs aux apprentissages. Ce que confirme Sarah Bougueret :

« Un enfant, pour acquérir le langage, développer sa pensée et son raisonnement, va avoir besoin de manipuler, d’explorer son environnement. Il y a beaucoup de théories qui en parlent, ça s’appelle le constructivisme. L’enfant va devoir être acteur de ses apprentissages, et on voit très bien les bébés qui, dès tout petits, vont mettre des choses à la bouche, faire des expériences. Et si l’enfant est devant une télévision ou une tablette, il va avoir plus de mal à manipuler, il va être passif, il ne pourra pas faire les explorations nécessaires à son apprentissage. Ce qu’on remarque également, c’est que ça altère la qualité des échanges avec les proches. Si on mange avec la télé allumée, on sera plus attentif à l’écran, moins à son enfant. »

Pas d’écrans du tout ?

Pas facile évidemment d’éviter totalement la présence des écrans à la maison, on sait ce que c’est. Pour autant, faut-il les supprimer totalement à ces âges-là ? On nous vend parfois des applications ou des programmes « éducatifs », alors que penser de ces contenus ? Sarah Bougueret invite là aussi à la mesure, et à la prudence :

« Il faut se dire que ça reste du domaine du loisir et du récréatif, il ne faut pas que ça devienne la base. Il faut vraiment que les parents choisissent les contenus adaptés, et limités?. Tout n’est pas à jeter évidemment, mais il faut faire attention au temps d’exposition et au contenu, les accompagner et en parler avec eux. Il faut des temps d’échanges, de parole, un jeu de société sera ainsi plus efficace. En tout cas c’est à nous aussi adultes de faire des efforts, de donner l’exemple, et de limiter notre utilisation des écrans. »

 

Un parcours innovant pour tous les enfants « dys »

Un parcours innovant pour tous les enfants « dys »

C’est une première mais personne ne parle encore de victoire tant le chemin à parcourir reste long. Pour la première fois en France et à titre expérimental, la région Occitanie propose un parcours de santé aux enfants et adolescents présentant des troubles spécifiques du développement et des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie, dysphasie, troubles de l’attention, etc). Environ 10000 enfants « dys » peuvent bénéficier d’une prise en charge par l’Assurance maladie dans le cadre d’un parcours construit par l’association Occitadys avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS Occitanie).

Le programme TSLA (Troubles spécifiques du langage et des apprentissages) est financé à hauteur de 21,4 millions d’euros et a démarré en février 2021. L’objectif est à la fois d’alléger la charge financière des familles (seules les rééducations chez les orthophonistes et les orthoptistes sont actuellement prises en charge) et de les aider dans leur parcours de soins.

Commandez votre pack préparation concours

Commandez votre pack préparation concours


« Huit familles sur dix parlent d’un parcours du combattant. Ce parcours TSLA est un espoir pour que les structures de soins soient plus facilement identifiables et qu’il n’y ait pas de reste à charge », glisse Laëtitia Branciard, vice-présidente de la fédération française des Dys. « Un accès rapide aux bilans et aux soins est nécessaire à l’enfant pour sa réussite scolaire, son insertion professionnelle et son développement personnel », pose le Dr Thiébaut-Noël Willig, pédiatre, président d’Occitadys.

 

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages, de coordination et de l’attention touchent plus de 4000 enfants naissant chaque année en Occitanie.

 

Parkinson : l’indispensable rééducation

Parkinson : l’indispensable rééducation

Au-delà des traitements médicamenteux, la maladie de Parkinson nécessite une rééducation du corps et de la parole. Si cela ne change pas le cours de la maladie, en revanche, c’est un bon moyen pour en améliorer les symptômes.

Le Parkinson est une maladie neurodégénérative qui détruit spécifiquement les neurones à dopamine de la substance noire du cerveau, impliqués dans le contrôle des mouvements. Pour poser le diagnostic, le premier critère est la présence d’au moins deux des trois symptômes majeurs de la maladie à savoir : la lenteur dans les mouvements, la rigidité et le tremblement au repos. Il existe des traitements qui permettent d’améliorer la vie des malades, mais pour le moment, aucun n’a réellement permis de stopper l’évolution de la maladie. Parkinson touche plus de 200 000 personnes en France, et l’on ne sait toujours pas avec exactitude ce qui peut la causer.

« Il existe des traitements qui permettent d’améliorer la vie des malades, mais pour le moment, aucun n’a réellement permis de stopper l’évolution de la maladie »

Pourquoi un orthophoniste ?

La rééducation orthophonique permet de prévenir ou de corriger les difficultés à parler, la diminution de l’expression faciale, les troubles de la déglutition ainsi que de l’écriture. Il est conseillé de voir un orthophoniste dès les premiers symptômes de la maladie. En effet, mal traités, certains maux peuvent très vite avoir des conséquences handicapantes. Par exemple, mal déglutir est souvent synonyme de bave et empêche de manger normalement. Pire, un aliment ou un liquide qui ne passerait pas par la bonne voie peut même conduire à un étouffement. En rééducation, l’orthophoniste met en place des exercices de déglutition volontaire, fait travailler la force musculaire, les postures de tête…

« Un malade de Parkinson peut aussi avoir des difficultés à parler ou encore une intensité vocale adaptée, c’est ce que l’on appelle l’hypophonie »

Un malade de Parkinson peut aussi avoir des difficultés à parler ou encore une intensité vocale adaptée, c’est ce que l’on appelle l’ »hypophonie ». Le cerveau du patient n’évalue pas correctement le niveau sonore et celui-ci s’exprime alors très bas, de manière monocorde, avec une articulation floue et un débit de parole inhabituel. Des cours de chant permettent d’améliorer l’intensité de la voix, le souffle ainsi que les intonations. Ainsi, les interactions avec l’entourage sont facilitées.

 

Focus sur la mémoire

Focus sur la mémoire

« J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien… » Jeanne Moreau n’est malheureusement plus là pour nous fredonner ce petit air lancinant et pourtant, je suis sûr qu’en ce début de préparation aux concours, il vous revient régulièrement en tête. Ce n’est pourtant pas le moment. Si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté et percer les secrets de votre mémoire afin d’optimiser vos apprentissages, suivez le guide.

Si vous voulez prétendre à savoir faire le distinguo entre vos diverses mémoires et qui sait apprendre à mieux les utiliser, testez ce jeu documentaire. A ce stade, vous maîtrisez les rudiments mais vous ne savez pas encore trop comment mettre tout ceci en pratique. Pour ce faire, il vous faudra lire cet article où l’on apprend que le café favorise la mémoire visuelle ou encore que la relaxation par la visualisation augmenterait de 30% la mémorisation d’un individu.

Une fois que mémoire à court terme, mémoire de travail ou mémoire sensorielle ne rimeront plus pour vous avec quézako, vous pourrez alors approfondir : l’importance du sommeil et l’influence de nos émotions sont également des facteurs prépondérants dans le processus de mémorisation. Mais si le sommeil est primordial pour mieux mémoriser et donc mieux assimiler toutes les connaissances que l’on vous demande d’acquérir cette année, sachez que curiosité et plaisir sont aussi de bonnes armes, tout comme la technique de la répétition espacée.

Mais, utiliser sa mémoire à bon escient ne sera pas suffisant ; il vous faut donc apprendre à l’entretenir. Alors, comment faire ?  Réponse avec cette émission radiophonique de La Tête au Carré (à réécouter en ligne ou à télécharger).

A ce niveau, vous êtes devenus experts ; vous pouvez alors vous frotter à Stanislas Dehaene, auteur entre autres du passionnant ouvrage de vulgarisation « les neurones de la lecture ». Après ceci, la mémoire, son fonctionnement et son optimisation n’auront plus de secrets pour vous. En effet, les cours du collège de France, accessibles en live ou online gratuitement et en particulier le cours de Stanislas Dehaene intitulé la mémoire et son optimisation (disponible en vidéo, en audio et en pdf) vous apprendra qu’enseignants et élèves se trompent parfois radicalement sur les conditions qui optimisent la mémoire. Et pour savoir pourquoi, c’est par ici.

Si, à ce stade, la liste des mots toujours pluriels vous résiste encore, sachez que « les paresseux et les ignorants disent tous pour s’excuser qu’ils n’ont point de mémoire ; cela n’est pas vrai, on a de la mémoire dès qu’on s’applique. »

A

Sélection d’entrée en CFUO 2021-2022 : les dates clés et les étapes à suivre

Sélection d’entrée en CFUO 2021-2022 : les dates clés et les étapes à suivre

Ca y est, les modalités de sélection d’entrée en CFUO (Centre de Formation Universitaire en Orthophonie) sont connues. Toutes les échéances à respecter et les étapes à suivre sont ici. Bonne lecture 😉 !

21 décembre 2021 : ouverture du site d’information de Parcoursup

Il y aura toutes les informations sur le déroulement de la procédure sur Parcoursup.fr dès le 21/12/22. Vous pourrez découvrir les détails des épreuves d’admissibilité et d’admission pour intégrer un CFUO ainsi que les attendus.

Du 20 janvier au 29 mars 2022 : la phase d’admissibilité, déposer son dossier

Dès le 20/01/22, vous pourrez vous inscrire sur Parcoursup et créer votre dossier. Vous formulerez alors vos voeux. Vous pourrez postuler jusqu’à 5 regroupements. Le mercredi 29 mars sera le dernier jour pour formuler vos voeux.

7 avril 2022 : dead line pour la finalisation de votre dossier

Vous aurez jusqu’au 07/04/22 pour finaliser votre dossier avec les éléments demandés : ajouter les éléments à saisir en ligne dont le projet de formation motivé pour chaque regroupement, déposer les documents attendus pour valoriser votre candidature… Attention, la confirmation des vœux se fait une fois que le dossier est bien complet ! Un voeu non confirmé n’est pas pris en compte.

2 juin 2022 : les réponses de Parcoursup

A partir du 02/06/22, vous allez recevoir les réponses des CFUO auxquels vous avez postulé et vous saurez si vous êtes admissibles. Si tel est le cas, vous entrerez dans la deuxième phase de la sélection. Vous serez convoqués pour passer vos épreuves d’admission.