Philippe Rio, maire de Grigny en Essone l’assure : « Une orthophoniste scolaire va arriver d’ici peu. »

En effet, pour aider les jeunes en difficultés, la municipalité souhaite implanter une nouvelle offre médicale. « 5 % des élèves en primaire souffrent de troubles du langage. Les délais de traitement sont impossibles. Les enfants doivent être rapidement traités pour suivre une scolarité normale », assure l’élu. « C’est un combat difficile, avance Vincent Léna, délégué du gouvernement pour la Ville. A ce jour le poste n’est toujours pas pourvu. Il faut trouver l’engagement. Ce n’est pas neutre de venir travailler ici. »

Quand on dit qu’il faut plus d’orthophonistes…

Source Le Parisien