L’oralité se définit comme l’« ensemble des fonctions dévolues à la bouche », c’est-à-dire l’alimentation, la ventilation, le cri, l’exploration tactile et gustative, la communication et le langage.

Le développement de l’oralité alimentaire est indissociable du développement de l’oralité verbale : que ce soit dans l’alimentation ou dans le langage, les mêmes organes sont impliqués.

Les troubles de l’alimentation constituent un motif fréquent de consultation : entre 20 et 25 % des consultations entre 0 et 3 ans selon les études.

Il peut s’agir de troubles par absence de comportement spontané d’alimentation, notamment en lien avec un problème de santé, ou par refus d’alimentation avec pour résultante que manger n’est pas ou plus un plaisir.

Deux types de cas de figure :

  • des difficultés alimentaires souvent de façon très précoce : dès les premières mises au sein ou les premiers biberons ;
  • les étapes alimentaires sont difficiles à passer : passage à la cuillère et passage aux morceaux.

Ce trouble s’accompagne de troubles sensoriels (toucher, odorat, goût, ouïe, système proprioceptif et vestibulaire) et/ou de troubles des fonctions oro-motrices (succion, praxies, malaxage, mastication…).

On note régulièrement des répercussions sur le développement psychomoteur, langagier, psycho-affectif…