Véronique Fauvinet orthophoniste, parle du danger des écrans pour les jeunes.

Nous partons d’un constat alarmant : « dans nos cabinets nous faisons depuis plusieurs années, des constats de plus en plus inquiétants. Des enfants sans langage à l’âge de trois ans, ou avec un langage très appauvri, qui ont du mal à faire des phrases. Cela nous alerte beaucoup, et quand on pose des questions on s’aperçoit que les écrans tiennent une place importante dans leur quotidien ».

Un enfant peut passer 1000 heures par an derrière un écran.

Qu’est-ce qu’une place importante, en matière d’exposition aux écrans : « on estime que chez un enfant de maternelle c’est environ trois heures par jour, soit 1000 heures par an, c’est-à-dire. C’est plus que le temps qu’il passe à l’école ! Et chez un lycéen, c’est 2,5 fois le temps qu’il passe en classe. Ca se traduit par des problèmes de concentration en classe, un manque de sommeil »

Et quand l’exposition s’arrête« quand on arrive à faire comprendre ça aux parents, les changements sont édifiants chez le jeune enfant, il se met à jouer, c’est comme cela qu’il se construit ».

Notre cerveau pourrait être en phase de déclin.

Pour Véronique Fauvinet, comme pour un certain nombre de chercheurs, c’est l’avenir de nos cerveaux qui est en jeu : « il y a des études, le langage s’appauvrit, le cerveau pourrait être sur une phase de déclin, nous on voudrait tirer une sonnette d’alarme ». Et pour elle ce sont les enfants qui doivent éduquer leurs parents« qui doivent aussi mettre leurs écrans de côté, ça les enfants nous le disent, ils sont derrière leur téléphone ou leur tablette, les relations se font par écran interposé, alors que le langage se construit sur l’interaction à l’intérieur des familles »

Partagez cet article :