Un nouvel échographe permet de visualiser l’intérieur de la bouche sous forme de schémas animés. Cette technologie améliore le suivi de la rééducation linguale.

Les échographies en noir et blanc sont bien souvent illisibles pour le commun des mortels. Et pourtant, c’est bien sur ces images que les orthophonistes se basent aujourd’hui pour expliquer à leurs patients leurs défauts de prononciations et comment les corriger. C’est pour remédier à cette difficulté qu’une équipe de chercheurs des laboratoires GIPSA-lab et Inria Grenoble Rhône-Alpes ont mis au point un système permettant de visualiser en temps réel, nos propres mouvements de langue. L’idée se base toujours sur l’échographe mais cette fois-ci, grâce à un algorithme, l’image renvoyée est un schéma en mouvement. Il fait apparaître le visage, les lèvres, les dents, le palais et la langue du patient, habituellement invisibles pour l’orthophoniste. Cette machine permet donc au soignant de mieux comprendre et corriger la prononciation de son patient.

Une meilleure assimilation des consignes par le patient

La rééducation orthophonique est habituellement fondée sur la répétition d’exercices rébarbatifs. Ce sont en général des explications orales: comment placer sa langue par rapport à son palais ou à ses dents, mais ces indications se révèlent être souvent floues pour le patient. Grâce à cette technique, il pourra désormais voir sa bouche sous forme de schémas animés et ainsi voir en direct ses défauts d’articulation et de prononciation. La réussite de la rééducation orthophonique repose sur la bonne assimilation des indications, le patient pourra donc comprendre et se corriger plus rapidement. Par ailleurs, il s’adapte automatiquement à la morphologie de chaque utilisateur.

Malgré les progrès qu’il présente, ce système n’a pour l’instant été validé qu’en laboratoire sur des personnes ne présentant pas de problèmes de locution. Une étude clinique est aujourd’hui en cours afin de l’essayer pour la rééducation de personnes ayant subi une chirurgie de la langue. Par ailleurs, une nouvelle version est en cours de développement. Les images ne seraient plus obtenues par un échographe traditionnel mais par la seule voix du patient.

Source http://sante.lefigaro.fr/