Le professeur Cabrol, pionnier de la transplantation cardiaque en Europe, est décédé en juin dernier.

En 1944, le professeur Cabrol devient interne des hôpitaux de Paris puis, ils partent en 1955 avec sa femme, terminer leurs études de médecine à l’hôpital de Minneapolis. Etudiants auprès d’un chirurgien cardiaque, c’est là qu’ils côtoient Christiaan Barnard, qui sera le premier à réaliser la greffe d’un cœur sur l’homme. On célèbre d’ailleurs cette année, le 3 décembre le cinquantième anniversaire de cette greffe.

Quatre mois après Christiaan Barnard, le professeur Cabrol réalise en 1968 la sixième greffe cardiaque au monde et la première en Europe. Certes, le patient décède trois jours plus tard, comme les 5 autres, mais cette opération est considérée comme un succès. L’arrivée dix ans plus tard des ciclosporines, un puissant médicament antirejet, change radicalement la donne et permet des survies beaucoup plus longues. Dès lors, il poursuit sur cette voie des prouesses de la chirurgie cardiaque.

Surnommé le « De Gaulle de la chirurgie », en 1982, il réussit la première greffe cœur/poumon, et en 1986, réalise l’implantation d’un cœur artificiel. Il a opéré jusqu’à 65 ans et est resté très présent auprès de ses équipes.

Homme de combats, il s’est engagé en politique auprès de Jean Tiberi (député européen) mais aussi sur le plan associatif. En fondant ADICARE, (association pour le développement et l’innovation en cardiologie), il milite pour le don d’organes. Il décède à 91 ans, après plus de 40 000 interventions et près de 400 greffes à son actif.

e-orthophonie*