Vous avez envie que votre synthèse soit la plus belle synthèse de toutes, qu’elle brille de mille feux aux yeux du correcteur, alors suivez ces conseils…

Vous avez deux heures pour compulser une dizaine de pages et en tirer les idées essentielles répondant à une problématqiue que vous devez mettre en évidence en introduction. C’est à vous de créer cette problématique à partir de votre lecture.

Concrètement,  quelle que soit votre méthode de sélection d’idées, cela signifie que vous allez lire pour prendre quelques infos dans chaque document. Trois quarts d’heure de lecture et c’est tout. Pas d’impasse sur un document ou un autre. Vous réalisez bien une synthèse de documents, et non de certains documents du corpus. En effet, dans votre synthèse, doivent être impérativement présentée une idée, une illustration, ou même une infime information de chacun des documents du corpus. Donc, effectuez une lecture rapide et ne vous inquiétez pas de ce que n’avez pas retenu dans les documents, vous n’en avez pas le temps.

Soyez certain, convaincu, fondamentalement assuré qu’une synthèse, c’est une confrontation d’idées présentes dans les documents. Dans le développement, vous allez faire se recroiser les documents constamment. Dans chaque sous-partie, vous devez absolument confronter les idées appartenant à plusieurs documents, que les idées se confondent, se complètent ou s’opposent. Pas de copier-colle, ni de citation mais de la reformulation d’idées et indiquer entre parenthèses le numéro du document.

Le pire, en synthèse, serait de faire un contresens, alors lisez et donnez du sens à votre lecture. D’ailleurs, aucune idée extérieure personnelle ne doit être présente dans la synthèse, ce sont les documents qu’on vous propose qui comptent.

Bonus : si vous vous demandez pourquoi j’ai titré « la surdouée », c’est seulement parce que c’est le surnom de la ville.

A vous de jouer maintenant !

e-orthophonie*