LA question qui occupe l’esprit de tous les candidats… ou presque ! Vous trouverez, en lisant cet article, quelques éléments à considérer pour répondre au mieux à cette question.

Parmi vous se trouvent des candidats qui ne peuvent pas quitter la ville où ils habitent, ou du moins s’en éloigner un peu trop pendant 5 ans, pour des raisons X ou Y, tout à fait justifiées (famille, finances, etc.). De ce fait, ces candidats ne préparent qu’un concours, parce qu’ils n’ont pas le choix, et certains le réussissent.

Si vous n’avez pas de contraintes, nous vous conseillons de passer plusieurs concours. En revanche, même si ce n’est pas un choix idéal car, de fait, vous n’avez qu’une seule possibilité de réussir, courir un seul lièvre à la fois peut aussi avoir du bon en orthophonie. En vous concentrant sur un concours et en vous préparant rigoureusement aux épreuves concernées, vous pouvez augmenter vos chances d’être reçu, par rapport à un candidat qui veut tout savoir faire (et qui a donc beaucoup moins de temps à consacrer aux spécificités de chaque école).

Vos points forts et… vos points « moins forts »
En analysant la nature des épreuves et leurs barèmes dans les différentes écoles, nous avons constaté qu’en fonction des endroits, une même matière pèsera plus ou moins lourd dans la balance. Généralement, les épreuves rédactionnelles comptent pour beaucoup, à tel point qu’une épreuve rédactionnelle « ratée » peut vous coûter votre place !

Votre survie
Les derniers points à considérer et non des moindres : vous-même et votre portefeuille. Multiplier les concours revient à cumuler la fatigue, le stress et la quantité de matières à réviser. Enchaîner des concours dont les dates se suivent de très près n’est pas forcément une bonne idée.

En conclusion, nous vous invitons à préparer entre 4 à 9 concours dont les épreuves sont assez proches et les dates suffisamment éloignées pour avoir le temps de recharger vos batteries !

Source orthoflonie.over-blog.com